• Nouvelle-Calédonie

    « Les accords ont permis d'assurer la paix civile et une perspective de développement » 


    François Bayrou, optimiste quant aux perspectives de développement économique en Nouvelle-Calédonie, appelle à un Etat impartial, au service de tous les citoyens, à Nouméa comme sur tout le territoire de la République.


    « Pour moi, il ne peut y avoir d'Etat que s'il est impartial. J'ai souvent exprimé beaucoup de réserve sur la manière dont l'Etat s'est comporté outre-mer dans les décennies précédentes et j'ai toujours considéré que l'idée d'impartialité de l'Etat n'a pas été respectée. Je pense que c'est en grande partie ce qui explique la mauvaise image de l'outre-mer en métropole. On a eu l'impression que c'étaient des concessions, et je n'ai pas aimé cette période. Si l'Etat est partisan, si l'Etat est clanique, l'Etat est fautif. Et cela se retourne contre lui, contre le pays, contre les citoyens.

    En Nouvelle-Calédonie, en Polynésie, aux Antilles, j'ai toujours dit la même chose et je continuerai à le faire. Si l'Etat est impartial, il rassemble et donne confiance. Le XXe siècle aurait dû nous apprendre cela. »

    « Un rapport récent a prouvé de manière unanime que la défiscalisation constitue un vrai moteur pour le développement de l'outre-mer. Il y a peut-être des ajustements et des réglages à faire mais il me semble que, placés devant la réalité, la plupart des décideurs politiques s'accorderont pour ne pas remettre en cause ce qui a eu des effets aussi positifs sur le développement de l'outre-mer. »

    « La question du gel du corps électoral était un dossier dangereux. Je rappelle qu'à l'époque, l'une des rares personnalités locales qui aient dit 'attention, il risque d'y avoir dans cette affaire une mine', c'est Didier Leroux. Mais il y a eu un accord. J'ai constamment mis en garde contre la remise en cause de ces accords qui ont permis d'assurer la paix civile et une perspective de développement pour la Calédonie. »

    « Les grands projets miniers constituent une chance pour la Calédonie. Je soutiens l'idée du développement économique dans le Nord. Je pense que la Calédonie a besoin d'un équilibre et je suis pour soutenir ce développement. J'espère que l'on va avoir des réponses rapidement et qu'elles seront positives, parce que toute la population calédonienne ne peut pas venir vivre à Nouméa. »

    « Je crois qu'il est plus facile d'entreprendre en Calédonie que dans les autres territoires d'outre-mer. La Nouvelle-Calédonie approche des 20 000 $ de PIB par habitant, la Métropole, c'est 24 000, pareil pour l'Australie ou la Nouvelle-Zélande : on est là dans des zones qui ont le même ordre de niveau de vie et c'est une chance pour la Nouvelle-Calédonie. Les investissements le montrent.  »