• Je choisis la voie de l'indépendance !

    François Bayrou était l'invité ce matin de Jean-Michel Aphatie sur RTL. Il revient sur les résultats difficiles du Mouvement démocrate et dénonce l'énormité de la majorité à venir. Il prévoit l'avènement d'une force politique nouvelle, rajeunie et prête à tous les combats. Lors de l'émission, il apprend que l'horizon se dégage dans sa circonscription. Cela ne l'empêche guère de prôner l'indépendance. De rester vigilant quant aux futures lois proposées au représentants du peuple. Notamment sur la TVA sociale. C'est de l'indépendance qu'il prône depuis le début de sa campagne présidentielle qu'il en va.

    Après un premier tour des élections législatives difficile pour le Mouvement démocrate, François Bayrou contre-attaque. Selon lui, avec 40 % des voix, l'UMP, le parti présidentiel obtiendra plus de 80 % des sièges. Le Mouvement démocrate coure le risque d'être « laminé » selon son président, alors même qu'il obtient un score en voix excellent. Il y a là un manque de justice électorale évident. Cette machine effroyable qui broie tout sur son passage.

    Cependant que François Bayrou veut y voir un de ces moments, un de ces instants-clefs qui fondent le futur. En effet, ce sera bientôt l'émergence d'une formation politique nouvelle. D'une génération nouvelle. C'est une période de fondation, pour la construction d'une autre manière, une autre vision de la politique. Cette élection aura finalement révélé, selon François Bayrou, la « vraie nature des mouvements. » Celle du Mouvement démocrate notamment.

    Concernant l'appel téléphonique de la candidate socialiste malheureuse à l'élection présidentielle, François Bayrou s'amuse de la chronique quotidienne des échanges entre portables des uns et des autres. Il affirme ne pas avoir rappelé Ségolène Royal. Il souhaite ainsi éviter l'ambiguïté. S'il l'avait fait, on aurait pu croire à un processus de rapprochement entre le parti socialiste et le Mouvement démocrate, ce qui n'est pas le cas. Beaucoup eussent pu crier au « passage à gauche » et inversement avec l'UMP si des échanges avaient eu lieu avec ce parti.

    Or, c'est la voie de l'indépendance que choisit François Bayrou. Ni avec le parti socialiste, ni avec l'UMP. Il est du devoir de chacun de prendre ses responsabilités pour le deuxième tour de ces élections législatives. Les électeurs, en leur âme et conscience, iront voter pour le bien de la Nation.

    François Bayrou prend à témoin les deux circonscriptions des Pyrénées-Atlantiques où lui et Jean Lassalle sont en ballottage plutôt favorable. Il constate qu'à la fois le parti socialiste et l'UMP ont présenté des candidats face à eux. Ce n'est pas une raison pour entrer dans des conflit de personnes. D'ores et déjà, au plan national, François Bayrou ne donnera pas de consignes de vote.

    Jean-Michel Aphatie le presse de dire sa préférence, ce que François Bayrou refuse. Ce qui ne l'empêche nullement de dire l'estime qu'il entretient à l'endroit de Dominique Strauss-Khan. Le candidat malheureux à l'investiture socialiste est arrivé en deuxième position dans sa circonscription de Sarcelles face à la candidate Sylvie Noakovitch, de l'UMP. François Bayrou estimait Dominique Strauss-Kahn avant l'élection, il lui gardera cette estime après l'élection.

    Décidément en verve, le présentateur de RTL saisit au vol une dépêche AFP qui annonce que Jean-Claude Gaudin déclare sur France 2 que le candidat UMP dans la circonscription de François Bayrou, se retire. C'est une surprise pour François Bayrou qui l'apprend donc en direct. Il n'a rien demandé. Il souhaite faire seul la preuve qu'une voie nouvelle peut s'ouvrir dans sa deuxième circonscription des Pyrénées-Atlantiques et au-delà dans la France en son entier.

    A propos de la TVA sociale, selon François Bayrou, ce sont les Français les plus pauvres qui seront concernés par cette mesure. Les charges seront accrues. Le niveau de vie baissera sensiblement? Ce texte grèvera la possibilité pour nombre de ménages dans la difficulté, pour beaucoup de gens qui travaillent avec des salaires bas, de boucler normalement les fins de mois.

    François Bayrou conclut en répétant qu'il essaiera d'incarner à l'Assemblée nationale, de donner des gages d'indépendance. Il s'estime être capable de promouvoir les textes de lois qui lui paraîtront faire avancer la France dans le sens du progrès et de la justice. Et s'opposera vigoureusement aux projets du gouvernement qui pourraient enfreindre les lois non-écrites de l'équilibre et de l'intérêt général.

    RTL

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :